Contactez la mairie | Plan du site | Mentions légales et Crédits
Bienvenue à CurbansMairie, école et salle des fêtesLe beffroi au point culminant du villageHameaux Rousset - Le ChâteauLotissement Riou des MiouxMini complexe sportif communalParc photovoltaïque au col de BlauxHameau Le PinPont-barrage qui traverse la DuranceQuartier la CurnerieHameau Le PinLac de CurbansPont-barrage qui traverse la DuranceLotissement Riou des MiouxMonument aux mortsMini complexe sportif communal
> Visite > Le patrimoine > Les Seigneurs de Curbans

Les Seigneurs de Curbans
Une situation stratégique

La situation stratégique du village perché laisse bien sûr à penser qu’il y eut un château fortifié et donc une succession de seigneurs.

On devine quelques bâtiments dont l’origine pourrait faire partie des fortifications notamment celle avec galerie et mur en ogive dite de Goutagny. La présence de fortifications fut mentionnée au XIII° siècle et une visite de celles-ci fut faite le 15 juillet 1408 par le Viguier d’Aix et le procureur royal.

- Attanulfus de Curbanno, premier seigneur connu, est cité parmi les témoins de dons faits en faveur de Saint-Victor de Marseille, en 1180 et 1193 (1)

- Au XIII° siècle, la seigneurie de Curbans faisait partie comme celles de Rousset et d’Aujarde (Piégros) des territoires du Comté de Provence sous Raimond Bérenger V (1198-1245).

Son épouse Béatrice de Savoie était protectrice de l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, et a dû confier une part du foncier de la seigneurie à des paysans tenanciers contre des redevances annuelles versées en argent aux Hospitaliers.

Les chevaliers du même ordre possédaient une commanderie à Claret et Venterol, juste à côté.

Une branche de la famille de Fouquet de Pontis qui suivit le comte de Provence lors des guerres, se pérennisa et en 1373, un de ses descendants Guillaume de Pontis est devenu légataire et seigneur de Curbans et d’Urtis.

Amielh ou Amelin d’Agoult,

Amielh ou Amelin d’Agoult, 1er du nom, chevalier, seigneur de Curbans, du Monetier et de Claret, accompagna en 1265, Charles 1er d’Anjou, comte de Provence, dans l’expédition que ce prince entreprit contre Mainfroi, usurpateur du trône de Naples. Il fut fait grand Sénéchal de Provence en 1267. Sa fille Isoarde maria en 1272 Bertrand de Baux, prince d’Orange. Son autre fils, Guillaume, son petit fils Rossolin furent également seigneurs de Curbans.

Ce dernier fut également seigneur du Rousset et rendit hommage au dauphin Humbert II le 11 juin 1345. Son fils Amielh II, seigneur de Curbans et du Rousset était Viguier et gouverneur de Marseille en 1378. La seigneurie resta entre les mains des d’Agoult au moins jusqu’à 1457 avec Louis II d’Agoult.(2). (Voir la branche d’Agoult de Curbans et du Royaume de Sicile)

En, 1391, suite à l’assassinat de Guillaume de Pontis par Raibaut Remusat, Amiel II d’Agoult, seigneur de Curbans et Claret vint représenter ses vassaux lors d’une assemblée des trois états du bailliage.

- Plus tard, on retrouve également dans le testament dudit noble Isaac de Pontis, l’écrit par lequel il institue son héritier noble François de Pontis, sieur d’Urtis et de Curbans, le 9 janvier 1648.
Pontis porte alors les mêmes armes que Curbans et Urtis


Lesdiguieres

- Après le siège de Sisteron, en 1568, les protestants s’étaient cantonnés autour de cette ville. Curbans était au nombre de leurs cantonnements. Ils s’y maintinrent longtemps encore, et il fallut en faire le siége (1572) pour faire rentrer ce lieu sous l’obéissance du roi.

Quelques années après, en 1588, Curbans fut de nouveau le théâtre d’un combat acharné, entre les troupes de Lesdiguières et celles du duc de La valette.

Le gouverneur de Gap, Saint-Julien, obligé de sortir de cette ville, venait avec ses gendarmes se joindre à Lavalette, dans le lieu de Curbans, lorsque Lesdiguières les attaqua à l’improviste, et leur enleva chevaux et bagages.

Gaspard de Real

Gaspard de Real, seigneur de Curbans, né à Sisteron le 29 novembre 1682 fils de noble François de Real et de Thérèse de Laidet, auteur d’un ouvrage sur la science du gouvernement et édité après sa mort par son neveu, l’abbé Balthasar de Burle.

Gaspard de Real fut pourvu de la charge de sénéchal de Forcalquier par lettres du 30 juin 1714.

- M. François, Charles de Burle de Curbans (1746-1823) de noblesse de robe, est seigneur dit de Curbans mais probablement du Rousset (3). Il a une formation juridique. Il est d’abord procureur du roi à Sisteron (1768) puis lieutenant général civil et criminel de la sénéchaussée de Sisteron (1777).

Le 15 avril 1789, il est élu député de la noblesse aux États-Généraux par la sénéchaussée de Forcalquier. Il n’a qu’un rôle secondaire au sein de la Constituante.

En 1792, après son retour dans les Basses-Alpes, il effectue un voyage à Lyon, puis est arrêté, emprisonné à la citadelle de Sisteron, puis à domicile car de santé défaillante (fin 1793).
Libéré après Thermidor, il est nommé fonctionnaire, puis abandonne ses fonctions politiques pour raisons de santé. Il est néanmoins nommé membre du conseil d’arrondissement de Sisteron sous le Consulat.

En 1793, le château est mis aux enchères pour démolition (4).

Sources

- (1)Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille par Benjamin Guérard 1862
- Histoire de Sisteron, E. de La Plane
- Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (A.Robert et G.Cougny)
- Le crime de Raibaut Rémusat 20 juin 1391 par Paul de Rémusat
- (2)Histoire généalogique et héraldique des pairs de France Par Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles 1826
- L’Etat de la Provence. Vol.2 par Dominique Robert de Briançon
- (3) Itinérances médiévales de Nicole d’Annoville
- (4) La Haute-Provence monumentale et artistique, Raymond Collier
- Généalogie Famille d’Agoult – Jean Gallian



© Mairie de Curbans - Tous droits réservés - Mentions légales et Crédits - Réalisation INFINI-Communication



Haut de page